Accédez au site du Conseil d'État et de la Juridiction Administrative
13 juin 2017

La cour a considéré, eu égard au contexte religieux prévalant actuellement en Guinée, que n’étaient pas fondées les craintes d’un demandeur d’asile de confession musulmane résultant de son intention de se convertir à la religion chrétienne.

Après avoir relevé certaines données issues de la documentation publique disponible soulignant l’existence, en Guinée, d’une liberté religieuse effective et d’un dialogue interreligieux serein, ainsi que l’absence de persécution systématique à l’égard des personnes converties, la cour a considéré dans le cas d’espèce que la démarche spirituelle du requérant d’éloignement de l’islam, qui ne s’était toutefois pas traduite, à la date de la décision, par une conversion effective à la religion chrétienne, n’avait été à l’origine d’aucune persécution de la part de son père, marabout et maître de talibé de Gaoual, vis-à-vis duquel l’intéressé n’avait pas sollicité la protection des autorités guinéennes. (CNDA 24 mai 2017 M. D. n°17000510 C)

A savoir